Au cours des 6 premiers mois de sa vie, il est possible que le nouveau-né soit atteint de la colique du nourrisson. Certes, la manifestation de la colique du nourrisson est impressionnante, il n’y a toutefois, pas de raison de s’inquiéter. En effet, les cas de coliques du nourrisson peuvent être soulagés de manière très simple. Explications.

Comment reconnaître les symptômes ?

Déjà, il faut savoir que si un nouveau-né pleure, c’est normal. Certains spécialistes iront même jusqu’à dire que c’est leur seul moyen de s’exprimer. Cela dit, pour pouvoir différencier la colique du nourrisson par rapport à d’autres symptômes, il faut prêter attention au comportement du bébé.

Ainsi, lorsqu’il est atteint de coliques, un enfant pleure de façon intense et soutenue, sans raison apparente. De plus, ces crises de pleurs se manifestent régulièrement et de manière récurrente.

La fréquence de ces pleurs est généralement de 3 heures par jour, 3 jours sur 7 et durant plus de 3 semaines. Généralement, ces pleurs peuvent durer pendant 15 heures.

Ces cris et pleurs sont généralement accompagnés d’autres signes qui sont facilement décelables.

Il serre les poings, raidit ses jambes ainsi que les muscles de son ventre. De plus, il a le ventre dur, il arque le dos et replie ses jambes contre son ventre.

En présence de tous ces symptômes, et aussi invraisemblable que cela puisse paraître, il n’y a pas lieu de s’inquiéter, car le bébé est bien atteint de la colique du nourrisson. Il est important de prêter attention à tous ces signes, car, si des symptômes différents de ceux-ci apparaissent, il ne s’agit pas de la colique du nourrisson, auquel cas, il est recommandé de consulter un médecin.

Aussi, il est important de préciser que les symptômes de la colique apparaissent parfois 3 semaines après la naissance. Cela dit, en règle générale, les cas de coliques se présentent entre la 6e et la 8e semaine, et peuvent durer jusqu’au 4e mois.

Il faut aussi savoir que les crises de colique du nourrisson seront quasiment journalières pendant toute cette durée et se manifesteront le plus souvent aux mêmes moments de la journée. En règle générale, ce sera en fin d’après-midi ou en soirée.

Oui, mais la colique, c’est quoi ?

Le plus important, c’est de toujours garder son calme, car rien ne sert de s’inquiéter. Le fait qu’un bébé pleure est une chose tout à fait normale. Qu’il ait faim, froid, que sa couche soit mouillée, un bébé pleure. Parfois, il le fera même pour se rassurer, ou même sans raison.

Certes, cela est difficile à admettre, surtout pour les jeunes parents, mais c’est, surtout dans ce dernier cas que l’allusion à la colique se fait.

Ainsi s’il est nourri convenablement, tenu bien au chaud ou même bien dorloté, lorsqu’un nourrisson pleure sans raison, les médecins diront qu’il a la colique, même si ce n’est pas toujours le cas.

En réalité, personne ne peut savoir avec exactitude comment expliquer ce comportement. Une colique est, par définition, une douleur au côlon, et d’après des études scientifiques, 10 à 15 % des nourrissons en sont atteints.

Si les manifestations de cette « douleur » sont impressionnantes, voire alarmantes, un bébé atteint de coliques est réputé en bonne santé.

En effet, son réflexe de succion est normal, il n’a pas de fièvre et n’est pas léthargique. De plus, ses selles sont normales, il ne vomit pas et son gain de poids et tout à fait normal. Donc, médicalement, il n’y a pas lieu de s’alarmer.

Comment soulager le mal ?

À l’heure actuelle, il n’y pas de remède, jugé, efficace contre la colique. Par contre, certains gestes simples ont prouvé leur efficacité pour soulager les nourrissons.

Il peut tout aussi bien s’agir du massage anti-coliques pour bébé, du pédalo contre les coliques ou tout simplement des positions anti-coliques.

D’abord, le massage anti-colique permet d’aider à évacuer les gaz qui gênent bébé. Dans la pratique, il s’agit d’une action mécanique effectuée sur le ventre du bébé par des gestes de massages doux suivant le sens physiologique du transit, en d’autres termes, dans le sens des aiguilles d’une montre.

Par ailleurs, ce contact affectif physique, procuré par la chaleur des mains des parents permet d’apaiser le bébé.

Ensuite, il y a le pédalo contre les coliques. Il consiste à allonger le bébé sur le dos, lui prendre délicatement les chevilles, et plier doucement, sans forcer, une jambe sur son ventre et de la détendre.

Les mêmes gestes seront faits avec l’autre jambe. Les mouvements seront à répéter 4 à 5 fois de suite, tout en douceur. Bien entendu, il existe plusieurs variantes à ces mouvements de pédalo, le but étant de pouvoir évacuer les gaz qui le mettent mal à l’aise.

Enfin, il y a les positions anti-coliques qui consistent à le mettre à plat ventre sur les bras. Il s’agit ensuite de le porter sur votre avant-bras, toujours à plat ventre de façon à ce qu’une main soit sur son ventre, tandis que l’autre lui masse doucement le dos.

Par la suite, il est possible de faire des va-et-vient avec votre bras ou de déambuler dans la pièce.

Laisser un commentaire

seize − un =