Il est certain qu’avec tous les discours sur l’écologie, sur le respect de l’environnement et sur la nature, le recours aux médecines douces connaît un engouement croissant. Bien que la plupart d’entre elles ne soient pas officiellement reconnues et aussi mal connues, le nombre d’adeptes monte en flèche. Le point sur l’une de ces médecines alternatives en vogue : la naturothérapie.

La philosophie du soin par la nature

Classée parmi les médecines non conventionnelles, la naturothérapie est basée sur le principe même de la nature. Son objectif, c’est d’aider un individu à retrouver le chemin de la bonne santé et une harmonie en misant sur l’équilibre naturel. Les 5 locutions latines suivantes résument les principes de la naturothérapie et permettent également de mieux la comprendre :

  • « Primum non nocere » qui signifie littéralement « d’abord ne pas nuire ». Au lieu de contrer le processus naturel de guérison, la naturothérapie le favorise. Il ne s’agit donc pas de supprimer systématiquement les symptômes des maladies, comme le fait la médecine conventionnelle, car les symptômes sont considérés comme des manifestations d’un processus naturel de guérison.
  • « Vis medicatix naturae », c’est-à-dire, tout l’organisme de l’être humain, donc la nature, possède un pouvoir de guérison indéniable. La naturothérapie utilise ce pouvoir et les forces naturelles intérieures pour lutter contre les différents obstacles qui empêchent le corps d’être en bonne santé.
  • « Tolle causam » : le naturothérapeute identifie et traite la cause de la maladie. Il ne guérit pas en tentant de supprimer les symptômes, mais recherche d’abord les causes afin de pouvoir rétablir l’équilibre naturel du corps. Il ne cherche donc pas ce qui rend malade, mais ce qui peut maintenir l’individu en bonne santé.
  • « Deinde purgare » ou l’acte de purification. Pour les naturothérapeutes, l’être humain devient malade parce qu’il permet aux toxines d’envahir son corps. C’est la définition de la maladie elle-même : le corps essaye d’évacuer les saletés afin de rétablir la santé. C’est ainsi que le naturothérapeute oriente son patient de manière à bien purifier son corps. L’utilisation d’une infusion issue de plantes détoxifiantes en est un parfait exemple.
  • « Docere », c’est enseigner. Le naturothérapeute enseigne à ses patients que la maladie peut provenir de plusieurs éléments en interaction : physique, émotionnel, spirituel et mental. Cet enseignement consiste par exemple à pouvoir intervenir sur son mode de vie ou son hygiène de vie et son environnement. Ainsi, la naturothérapie permet au moins de minimiser les possibilités de problème de santé et d’accroître les forces et le bien-être.

Le naturothérapeute est donc considéré comme un guide de la santé au naturel et de l’art de vivre. Il peut offrir un traitement naturel adapté à la maladie. Il offre aussi un bon soutien psychologique et des conseils, notamment nutritionnels. Enfin, il apprend aux patients à avoir une bonne hygiène de vie en privilégiant et en profitant des propriétés thérapeutiques de tous les éléments naturels. Ainsi, naturellement, la plupart des troubles peuvent être traités par la naturothérapie : l’obésité, le stress, les allergies, les douleurs rhumatismales, les troubles digestifs, la ménopause, voire même les différentes addictions comme la dépendance à la nicotine. Pour ce faire, plusieurs disciplines peuvent être pratiquées par le naturothérapeute telles que l’aromathérapie, la réflexologie, la phytothérapie, le massage, etc.

Quelles différences y  a-t-il entre naturothérapie et naturopathie ?

La naturopathie est également un art de soulager les maux d’une façon naturelle. Donc, les deux appellations sont presque identiques. Par contre, il existe deux façons de distinguer les deux disciplines. D’abord étymologiquement : le mot naturopathie vient du latin « naturo » et « pathie » qui signifie souffrance. L’on peut alors définir la naturopathie comme le fait de soigner la maladie ou la souffrance par la nature. En outre, certains affirment que le mot est d’origine anglaise. Du coup, le mot « path », qui signifie chemin, pourrait traduire littéralement le mot naturopathie en « chemin vers la santé au naturel ». Bref, la définition de la naturopathie demeure jusqu’à maintenant très ambigüe.

Ensuite, une différence se révèle également sur le fait que la naturothérapie est une médecine curative et la naturopathie est une médecine préventive. Le naturothérapeute intervient ainsi lorsque la maladie est déjà installée. Il cherchera les causes de la souffrance avec une approche naturelle en étudiant tous les phénomènes biologiques, cliniques, physiques, psychologiques et physiologiques de son patient. Il orientera ensuite son patient vers des solutions naturelles adaptées.

Enfin, il est important de savoir que la naturothérapie n’est pas encore actuellement reconnue officiellement, notamment dans les pays francophones. Toutefois, il existe déjà des associations, des syndicats ou des organismes regroupant des naturothérapeutes. Certains établissements hospitaliers possèdent aussi un service de naturothérapie. Bien que les médecines douces commencent à asseoir de bonnes structures, il est toujours judicieux de bien s’informer quand il est question de sa santé et de son bien-être.