État de stress psychique et physique, l’épuisement maternel demande une prise de conscience de la patiente et de son entourage pour être correctement traité.

Une pathologie touchant les mères de famille

Véritable poste à responsabilités, la maternité exige une disponibilité et une patience à toute épreuve. S’occuper d’enfants turbulents, d’âge rapproché ou d’âge trop éloigné pour avoir les mêmes centres d’intérêt, est une responsabilité stressante. En ajoutant à la charge parentale les tâches quotidiennes et/ou la pression du travail, l’on obtient un environnement propice à un état de tension permanente. Nombreuses sont les mamans à être sous pression chaque jour, sans se rendre compte qu’à la longue, leurs nerfs risquent de lâcher.

Les facteurs à l’origine de la dépression

La première cause du burnout maternel est le trop plein de responsabilités. Croulant sous les urgences, la mère doit être capable de tout gérer, des caprices aux horaires d’école en passant par les petits bobos ou les imprévus. Ne pas pouvoir se consacrer à une seule tâche est aussi une grande source de stress. Constamment interrompue et toujours pressée, la maman est débordée. En troisième lieu vient le manque de reconnaissance. La dépression d’une mère peut en effet venir d’un entourage indifférent à son ressenti. La sensation d’être seule, sans personne pour la comprendre, est l’un des plus grands facteurs de déclenchement d’une dépression.

Les symptômes qui doivent alerter

Les signes du burnout maternel se manifestent sur le moyen et le long terme. L’épuisement trouve son origine dans une qualité de vie minée par des nuits trop courtes, des situations de stress à gérer au quotidien et des pressions diverses. Peu à peu, la maman rencontre des problèmes d’endormissement et d’alimentation. La sensation de fatigue et de lassitude finit par être constante, transformant chaque geste du quotidien en véritable corvée. Les tâches à accomplir deviennent alors mécaniques, la mère, dans certains cas, n’éprouvant plus aucun plaisir à s’occuper de ses enfants.

Les solutions existent

Gérer le stress et savoir partager les responsabilités sont les remèdes les plus simples au burnout maternel. Ce n’est qu’en communiquant avec son entourage, en déléguant les différentes tâches du quotidien, et en prenant du temps pour elle, qu’une mère pourra souffler et ne plus culpabiliser de ne pas pouvoir tout faire. Une fois les bonnes habitudes établies, l’organisation viendra automatiquement. Dans les cas les plus graves, consulter un psychologue peut s’avérer nécessaire pour un encadrement plus spécifique.