Les laits infantiles sont classés en trois catégories selon l’âge : premier, deuxième et troisième âge. Ce dernier, appelé aussi « lait de croissance », est destiné aux enfants de 12 à 36 mois. Bien qu’à partir de la première année l’alimentation des enfants soit déjà bien diversifiée, il est important de couvrir les besoins quotidiens en nutriments : acides gras, fer, sodium, protéine, etc. Gros plan sur le lait de croissance.

Le lait de croissance pour plus de vitamines et de fer

Le lait de croissance est un aliment lacté étudié et adapté à la croissance des bébés en bas âge, dont la composition est rigoureusement réglementée. Le rôle principal de ce type de lait est d’apporter dans l’organisme des bébés plus de fer, d’acides gras essentiels, de protéines et de sodium dans des quantités adaptées. Souvent, à partir de 12 mois, les parents donnent du lait de vache, le lait UHT classique, à leur bébé. Certes, le lait de vache est une source importante de phosphore et de calcium, mais il ne contient que très peu de fer. À titre d’exemple, si les apports en fer doivent être de l’ordre de 10mg par jour, un demi-litre de lait de vache en fournit moins de 1mg, tandis que le lait de croissance peut en apporter jusqu’à 7mg.

Il est important de savoir que le fer est un élément plus qu’indispensable pour l’organisme. Il contribue, par exemple, à la fabrication des globules rouges et autres cellules de notre système immunitaire. Le fer contribue ainsi à la protection du bébé contre les infections ORL ou encore les infections broncho-pulmonaires répétitives. Les vitamines, notamment A et D, sont d’autres micronutriments présents dans le lait de croissance. Encore une fois, le lait de vache en contient très peu. Or, la vitamine A est indispensable à la bonne vision et la vitamine D facilite l’assimilation du calcium par l’organisme, favorisant ainsi la bonne minéralisation des os.

Le lait de croissance maintient un taux bas en protéines

Toujours par rapport au lait de vache, le lait de croissance possède un apport protéique beaucoup plus régulé. En effet, le taux de protéines dans le lait de vache ne convient pas vraiment aux enfants en bas âge. Avec un taux de protéines assez élevé, les reins peuvent ne pas assurer leur rôle : le travail d’élimination. Du coup, le bébé risque d’avoir un problème de surpoids, voire même ultérieurement, des problèmes d’obésité. Il est bon de savoir que l’apport minimal en protéines recommandé pour les bébés est de l’ordre de 10g par jour. Avec le lait de vache, l’on peut arriver facilement à un apport protéique trop important.

Acides gras essentiels : un point fort du lait de croissance

Le lait de croissance contient un taux d’acides gras essentiels également adapté. Pour les bébés, ces acides gras sont très utiles dans deux domaines : le bon fonctionnement du système nerveux et le bon développement de l’acuité visuelle. À cause de la croissance rapide, les nourrissons ont des besoins lipidiques beaucoup plus importants que les adultes. Par contre, ces éléments ne sont pas facilement synthétisés dans l’organisme. Ils doivent être ainsi apportés par les aliments, notamment par les aliments lactés tels que le lait de croissance. Les acides gras essentiels sont principalement l’acide linoléique, appelé aussi  « oméga 6 » et l’acide alpha-linoléique, connu sous le nom de « oméga 3 ». Ces éléments sont souvent présents dans de l’huile végétale et dans le poisson. Ceux présents dans le lait de croissance proviennent d’huiles végétales.

Le lait de croissance pour éviter l’excès de sel dans le corps

Le chlorure de sodium est un élément essentiel surtout pour la transmission de signaux dans le système nerveux ; d’un autre côté, il est déjà prouvé scientifiquement qu’un taux trop élevé de sel dans l’organisme sollicite considérablement la fonction rénale. Chez le bébé, les reins ne sont pas encore fonctionnels à 100% et une surcharge rénale serait préjudiciable. De plus, l’excès de sel favorise l’augmentation de la tension artérielle. Du coup, si dès son plus jeune âge l’enfant ingère beaucoup trop de sel, il sera certainement, à l’âge adulte, sujet à l’hypertension artérielle et cardiovasculaire. Ici encore, le lait de croissance est sollicité, car les apports en sodium y sont plus faibles. Selon les études, par rapport aux recommandations en France, actuellement les apports en sel sont encore très élevés.

Ainsi, il semble donc que le lait de croissance soit un aliment équilibré indispensable à la bonne croissance des bébés. Certes, il existe un surcoût au niveau du prix, par rapport au lait de vache classique, mais il faut surtout penser à une alimentation équilibrée pour offrir une bonne santé à nos enfants. D’ailleurs, aujourd’hui les professionnels du secteur ont prévu plusieurs types de conditionnements, de différentes tailles également, pour que le lait de croissance soit beaucoup plus accessible à un plus grand nombre de parents.