Et si la maltraitance des enfants devenait plus fréquente et toujours aussi tabou ? D’après les résultats d’un sondage réalisé par l’institut Harris Interactive et publié le 16 novembre 2017, pas moins de 22% soit près d’un Français sur quatre déclare avoir été victime de violences physiques ou psychologiques durant son enfance. Parmi un échantillon de 1030 personnes aujourd’hui majeures, 80% d’entre elles déclarent ne pas avoir pu parler de leurs expériences douloureuses vécues au moment des faits. Cette situation semblerait même toucher les enfants d’aujourd’hui puisque plus d’un Français sur trois estime qu’au cours de ces dernières années, au moins un cas de maltraitance d’enfant s’est probablement ou certainement produit dans leur entourage.

L’association L’enfant Bleu qui défend les enfants victimes de maltraitance, initiatrice de ce sondage, précise qu’il s’agit d’un « sujet peu évident à aborder », 79% le qualifiant encore de tabou.

L’enquête qui a permis d’interroger le panel sur la base de la perception personnelle de chacun montre que 8% de ces adultes disent avoir subi des menaces, insultes et humiliations étant plus jeunes, 5% d’entre eux parlent de violences physiques répétées, et 3% d’entre eux auraient manqué régulièrement de soins d’hygiène. Des chiffres éthiquement plus inquiétants que ceux résultant de la précédente étude Harris interactive rendue à L’enfant bleu il y a trois ans.

Un clip vidéo de sensibilisation aux violences verbales, « Les mots qui font mal », lancé par l’observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO) et l’association Stop VEO, est diffusé sur internet et à la télévision jusqu’au 20 novembre 2017.

Un numéro d’appel téléphonique gratuit est disponible en composant le 119.
Plus d’infos sur le site officiel du SNATED (Service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger)