La zone intime est sans aucun doute l’une des parties du corps féminin les plus sollicitées et les plus malmenées pendant la grossesse et l’accouchement. Plus sensible, elle devient sujette à différents désagréments pas très glamour, que seules les mamans connaissent. Des gestes d’hygiène intime particuliers doivent alors être appliqués, ceci pour plus de confort et de sérénité après l’accouchement.

 L’hygiène des jeunes mamans après un accouchement

Les parties génitales des femmes sont particulièrement sensibles après l’accouchement. Pour limiter les inconforts et les risques d’infections, il convient à chaque femme de connaitre quelques règles d’hygiène strictes après cette période. Après un accouchement, le corps des jeunes mamans est sujet à des pertes vaginales ou saignements plus ou moins importants pendant environ 20 à 30 jours. L’abondance des pertes, aussi appelés « lochies » est variable d’une femme à une autre. Dans tous les cas, pendant cette période, il est essentiel pour elles d’avoir une toilette intime régulière appropriée. Celle-ci doit se faire de façon quotidienne, au moins 2 fois dans la journée.

Le port de serviette hygiénique, format nuit, est également fortement recommandé. Ces serviettes doivent être changées assez régulièrement. En effet, en changeant assez souvent de serviette hygiénique, les mamans empêchent le sang de trop s’accumuler pour devenir par la suite l’origine de la prolifération de bactéries dans le vagin. Les slips portés, doivent être en coton, une matière douce, agréable au toucher et très confortable. Certaines femmes préfèrent porter des couches, mais celles-ci sont relativement disgracieuses et créent une gêne au moment de marcher. D’autres par ailleurs optent pour le port de « slips filets » également très pratiques et légers.

En ce qui concerne la toilette, il est primordial d’utiliser uniquement du gel intime doux, non agressif pour la peau et adapté pour plusieurs utilisations par jours. Ces soins désinfectants doux s’utilisent dilués dans un peu d’eau. Après nettoyage avec le gel, la zone intime doit être séchée, non pas avec une serviette éponge, mais plutôt avec des mouchoirs en papier. Il est formellement déconseillé de frotter la zone à nettoyer. Il s’agit plus de tapoter légèrement. Pour limiter au maximum les risques d’infections, le bain est à bannir complètement du quotidien pendant au moins une semaine. Par railleurs, seule la zone intime pourra bénéficier d’une hygiène adaptée.

Il est en outre à noter qu’une toilette 2 fois par jour est amplement suffisante. Trop en faire peut être source d’assèchement et de gênes sur les parties intimes. D’autant plus qu’en cas d’épisiotomie ou de déchirure, les cicatrices doivent impérativement rester sèches. Le col de l’utérus n’étant en outre pas complètement refermé, pendant les 6 semaines qui suivent l’accouchement, les tampons hygiéniques, les douches vaginales ainsi que les bains doivent être bannis. Dans les cas de césariennes, d’épisiotomies ou de déchirure, les fils utilisés pour la suture sont de type résorbable. Ils tombent généralement tout seuls au bout de quelques jours. Avec ou sans fil néanmoins, les réflexes d’hygiène doivent être maintenus sur une assez longue période, pour minimiser les risques d’infection.

Les bons gestes d’hygiène à adopter après un accouchement

Après l’accouchement, les zones intimes apparaissent comme particulièrement fragiles, créant bien souvent le doute chez les jeunes mères quant aux gestes et habitudes à adopter. En terme de gestuelle et de réflexe, il est conseillé pendant la toilette de commencer toujours le nettoyage par la vulve et de continuer après par la région anale. Ceci permet d’éviter le transport des microbes installés dans le rectum sur le vagin. Il est toutefois à noter que cette façon de faire doit être adoptée par toutes les femmes, enceintes ou pas, avant et après un accouchement. Pour le rinçage, il est conseillé à chaque maman d’utiliser abondamment l’eau courante. Pour éviter les risques de complication, relatifs notamment à la cicatrisation, chaque nouvelle maman doit prévoir un rendez-vous chez son gynécologue pour contrôle dès la fin de la 6e semaine après accouchement.

En terme de choix de la matière des slips, le coton doit toujours être porté en tête de liste. Exit donc les slips en fibres synthétiques, du moins jusqu’à totale cicatrisation de la plaie (s’il y en a). Après l’accouchement, pour un maximum de confort, il est plus indiqué de choisir des slips d’une ou deux tailles au-dessus de celle portée en temps normal.

Il est essentiel de noter que les nouveaux parents peuvent, s’il n’y a aucune cicatrice, avoir à nouveau des rapports sexuels 3 semaines après l’accouchement. Aucun risque d’affection ne sera à craindre.

Laisser un commentaire

deux − 1 =