Durant les premières années de leur vie, les enfants ont besoin d’apports énergétiques importants.
Cela favorise le développement de leur métabolisme de base, ainsi que leur croissance.
Focus sur les apports nutritionnels nécessaires aux tout-petits âgés de 0 à 2 ans.
Les premières années de la vie sont cruciales dans la croissance du bébé. En effet, durant cette période, le développement du nourrisson s’effectue très rapidement. Le poids de naissance peut doubler à 6 mois, à l’âge d’un an il triple et à l’âge de deux ans, il est quadruplé. Concernant la taille, le nourrisson grandit de 20 cm la première année, puis 10cm environ par an. A 4 ans, il doublera sa taille de naissance.
Plus précisément, le bébé prend en moyenne 25 cm, qui équivaut à 50% de sa taille, et 6 kilos, soit l’équivalent d’un poids quasi triplé. A 1 an, la dépense énergétique de bébé, représentée en kg de poids corporel, ne cesse de s’accroître. De 270 kJ/kg/jour à la naissance, elle passe à 380 kJ/kg/jour à 12 mois en moyenne. Cette importante croissance nécessite ainsi des apports énergétiques bien spécifiques.
C’est au cours des premiers mois de la vie de bébé, de la naissance jusqu’à 4-6 mois, que le développement général est le plus rapide. En effet, il grandit entre 25 et 30g par jour en moyenne, durant les deux premiers mois, ensuite de 20g par jour jusqu’à 6 mois. Les fonctions métaboliques et digestives de bébé sont encore immatures à cet âge. Cela implique qu’il ne peut recevoir que des aliments à base de lait. De plus, ne possédant aucune réserve de nourriture, il a besoin de prises de nourriture régulières.
De 0 à 1 an, les besoins énergétiques recommandés au quotidien sont proportionnellement plus élevés, quelle que soit la période de la vie de bébé. Ils sont représentés en kilo de poids corporel et sont calculés selon le poids du nourrisson.
De 4 à 6 mois, les aliments donnés au bébé peuvent être diversifiés. A cet âge, les aliments lactés ne comblent plus ses besoins nutritionnels. Commence alors la diversification alimentaire, une étape à effectuer de manière progressive jusqu’à environ 1 an. Et plus les dents font leur apparition, plus l’alimentation du nourrisson devient solide.
Concernant l’alimentation de bébé, il faut privilégier le lait maternel et/ou du lait 1er âge de 0 à 4 mois. Entre 4 et 6 mois, la diversification alimentaire est possible, à l’instar des céréales infantiles sans gluten, mais aussi les fruits et les légumes sous forme de purées non salées. L’allaitement maternel et/ou artificiel avec du lait 2e âge doit cependant se poursuivre.
Les besoins nutritionnels de bébé mois après mois
Jusqu’à l’âge de 1 an, l’alimentation de bébé, notamment les laits artificiels et/ou
les aliments spécialement dédiés à la diversification, apporte ce qu’il lui faut en énergie consommée. A la fin de la 1ère année, la quantité de ce type d’alimentation spécifique se met à diminuer rapidement.
En effet, cette proportion passe de 36 % des apports quotidiens, pour le bébé âgé de 12 à 17 mois, à 8% seulement pour le nourrisson âgé de 30 à 35 mois.
À partir d’un an, les parents commencent à donner à leurs enfants des aliments courants comme les frites ou des plats préparés. Malheureusement, ces habitudes alimentaires contribuent à déséquilibrer leurs apports nutritionnels.
Bon nombre de parents introduisent le lait infantile dans le régime alimentaire de leur bébé. Ainsi, 31 % des enfants âgés de 2 à 3 ans en consomment, contre 65 %, pour ceux âgés de 1 à 2 ans. Si la consommation du lait de croissance est en quantité suffisante, elle répond parfaitement aux besoins du tout-petit en vitamines, en fer et en acides gras essentiels.
La naissance jusqu’à l’âge de 4-6 mois représente la période de l’alimentation lactée pour le nourrisson. La diversification alimentaire ne s’effectue qu’à partir du 4e mois jusqu’à ses 6 mois.
Toutefois, le lait maternel reste l’aliment essentiel de bébé, couvrant tous ses besoins nutritionnels jusqu’à l’âge de 6 mois. Les laits de croissance sont préconisés en l’absence d’allaitement maternel ou en complément.
Dès le 5e mois, le bébé entre dans la phase de la diversification alimentaire. Vous pouvez ainsi introduire les légumes verts, le chocolat, les fruits sans sucre et les produits céréaliers. En plus d’augmenter les portions de fruits, légumes et produits céréaliers, introduisez vers les 6e et 7e mois d’infimes quantités d’œuf, de poisson ou de viande.
Entre 7 et 8 mois, diversifiez son régime alimentaire, car le tout-petit peut manger de tout. Pour le petit-déjeuner, proposez-lui du jus de fruits sans sucre ajouté ou des légumes en purée. Ajoutez une noisette de beurre non cuit dans ses légumes. A midi, l’enfant peut manger un demi- jaune d’œuf dur ou 20 g de poisson non pané, et au goûter, un biscuit. Cependant, afin que son repas soit parfaitement équilibré, il faut adapter la quantité et la nature des aliments à ses besoins nutritionnels et à son âge.
Entre 9 mois et un an, pensez à varier les textures et les quantités de nourriture introduite. De 1 à 3ans, l’enfant pesant entre 10 et 15 kg a besoin de la moitié des apports énergétiques de ses parents.
En effet, il prend 6 g au quotidien et 1 cm chaque mois en moyenne. A cet âge, l’enfant découvre de nouveaux goûts et de nouvelles textures.