Chez le nourrisson, une fièvre peut avoir plusieurs origines, à savoir un problème ORL, un rhume ou une poussée dentaire. La fièvre est souvent sans risque pour l’enfant. Toutefois, des complications peuvent survenir. Quels sont les bons réflexes à adopter ?

Causes et symptômes de la fièvre chez le bébé

La fièvre est une réaction naturelle du corps contre une hausse soudaine de température. Elle est souvent sans gravité et très fréquente chez les enfants touchés par des infections courantes, comme la bronchite, la rhinopharyngite, l’otite ou l’angine. La fièvre est le signal indiquant que l’organisme lutte contre un événement spécifique, comme une inflammation, une poussée des dents ou une vaccination.

Il est peu fréquent que la fièvre soit l’unique signe d’une pathologie grave. Cependant, si elle persiste durant plusieurs jours surtout chez un bébé de moins de 6 mois, il faut immédiatement prendre rendez-vous pour une consultation médicale.

Une montée de fièvre persistante peut en effet s’accompagner d’une crise de convulsion. Malgré son caractère impressionnant, celle-ci ne dure que quelques secondes et le tout-petit retrouve rapidement son état normal. Seul un enfant sur 20, âgé de moins de 5 ans, est concerné. Très rarement, la fièvre s’associe à d’autres symptômes ou signale une pathologie évolutive ou grave, comme une méningite. Dans ce cas, le bébé a besoin d’un traitement d’urgence.

Si la fièvre persiste ou si elle a des effets secondaires comme un enfant moins réactif que d’habitude, la consultation est obligatoire. Chez le bébé de moins de 3 mois, une consultation immédiate est toujours nécessaire en cas de fièvre afin d’en diagnostiquer la cause. Mais la fièvre persiste rarement et disparaît en général sans prise de médicament.

Un enfant a de la fièvre lorsque sa température corporelle dépasse les 37 °C, alors qu’il est normalement couvert et non exposé à une atmosphère chaude. Une fièvre est considérée comme aiguë, chez le nourrisson, lorsqu’elle évolue depuis moins de 5 jours. Au-delà de ce délai, le bébé souffre de fièvre prolongée.

Certains symptômes, comme la toux ou le nez qui coule, peuvent accompagner la fièvre chez le nourrisson. Ces signes peuvent par ailleurs révéler des maladies courantes associées. Il faut faire attention à la fièvre isolée qui peut cacher des maladies plus graves.

Les bons gestes à adopter pour traiter la fièvre du nourrisson

La meilleure manière de mesurer précisément la fièvre chez le bébé reste l’usage du thermomètre rectal. Toutefois, il existe également d’autres thermomètres fiables, comme les modèles frontaux ou auriculaires. Si votre nourrisson semble malade ou fatigué, et qu’il a le front chaud, il est peut-être fiévreux.

La température doit idéalement être prise après 20 minutes de repos et à distance de chaque repas. Il faut également respecter l’hygiène et le mode d’emploi du thermomètre. Ainsi, pensez à le laver avec de l’eau et du savon avant usage. Lisez-le dès le signal sonore.

Quelques astuces pratiques et naturelles peuvent vous aider à lutter contre la fièvre de bébé. Déshabillez-le afin de mieux disperser la chaleur. L’air extérieur contribue à refroidir naturellement le corps.

Appliquez une serviette mouillée à l’eau froide sur son front. Vous pouvez aussi appliquer des compresses mouillées sur les poignets, le cou ou le front. Pensez toutefois à les changer régulièrement. Vérifiez aussi que la température de la chambre du nourrisson n’est pas trop élevée, n’excédant pas 19 °C ou 20 °C.

Le bain permet également de faire baisser la fièvre, tout en relaxant bébé. Un bain tiède avec une température inférieure à 2 degrés de celle de bébé est également efficace. Si le thermomètre indique 40 °C par exemple, le bain doit être à 38 °C.

Pour soigner un enfant fiévreux et compenser la sudation, une bonne hydratation est vitale. Pensez ainsi à lui donner régulièrement du jus de fruits, de l’eau en abondance ou du bouillon. Pour diminuer la fièvre de manière naturelle, certaines astuces sont à privilégier. Faites par exemple une infusion de tournesol avec des pétales échés en particulier. Vous pouvez rajouter du miel, en petite quantité, pour adoucir le goût. Cette infusion de tournesol doit être bue toutes les huit ou dix heures.