À l’échelle mondiale, l’obésité a vu son importance augmenter depuis les années 80. Une grande partie de la population succombe aujourd’hui plus à cause de l’obésité que d’une insuffisance pondérale. L’obésité est pourtant évitable et nombre de centres spécialisés s’attèlent à rendre les soins plus accessibles.

L’obésité, un fléau de santé mondiale

Selon les estimations récentes de l’Organisation mondiale de la santé, le surpoids concerne 1,9 milliard de personnes de la population mondiale âgée entre 20 ans et plus en 2014. Un chiffre en constante augmentation qui pourrait atteindre la barre des 3,3 milliards d’ici 2030. Contrairement aux risques sanitaires majeurs tels que la malnutrition infantile et le tabagisme, l’obésité est un phénomène qui gagne de plus en plus de terrain avec une progression importante. L’obésité est le cinquième facteur de risque de décès dans le monde, elle fait environ 3,4 millions de victimes chaque année. Véritable problème de société, l’obésité est considérée avec le surpoids comme un problème de santé publique sérieux, voire même une pandémie galopante. C’est une maladie qui concerne tous les pays même si elle semble plus manifeste dans les pays développés. En effet, elle touche l’Australie, la Chine, l’Allemagne, le Brésil, l’Indonésie, la Russie, le Mexique, l’Égypte et le Pakistan qui totalisent avec les États-Unis en tête, plus de la moitié des individus concernés dans le monde tandis qu’au Katar et au Koweït, la moitié de la population féminine est obèse. En France, le surpoids et l’obésité touchaient 46 % de la population en 2014 avec le taux le plus élevé chez les personnes inactives et âgées alors que les jeunes sont moins touchés avec 9 % seulement.

L’obésité et ses causes majeures

L’obésité se définit comme « une accumulation excessive de graisse corporelle pouvant nuire à la santé ». En d’autres termes, elle résulte de la consommation d’aliments trop riches en calories sans pratique d’activité physique suffisante comme le sport. En effet, lorsque l’on mange, les aliments fournissent l’énergie nécessaire à l’organisme. Cette énergie est composée de calories que l’on dépense en faisant des activités. Par exemple, une marche de 4 à 5 kilomètres permet de dépenser environ 300 calories en une heure. Toutefois, toute forme de mouvement équivaut déjà à une consommation d’énergie par le corps. C’est la raison pour laquelle, nous sommes incités à bouger. Cependant, les facteurs influençant la prise de poids peuvent être également l’hérédité, les médicaments, les facteurs hormonaux, l’arrêt du tabac, les facteurs sociaux et psychologiques ou encore les régimes trop excessifs. Concernant ce dernier point, le déséquilibre alimentaire est celui qui cause le plus de ravages. Une alimentation trop riche contenant trop de sucre, trop de sel ou trop de gras, les repas en dehors des heures habituelles, les repas alimentés par le stress, les émotions et les contrariétés, le grignotage et le repas devant la télévision ou les sauts de repas sont entre autres des formes de déséquilibres menant à l’obésité.

Les exemples de complications liées l’obésité

Une surcharge pondérale peut prendre plusieurs formes. Il est cependant important de différencier les cas les moins importants, c’est-à-dire le surpoids ou l’embonpoint, et le cas le plus grave qui est l’obésité. Elle est avérée lorsque l’Indice de Masse Corporelle (IMC) est supérieur à 30. Or, selon les chercheurs, le risque de mortalité chez les obèses s’accroît dès que l’IMC atteint les 25 et l’espérance de vie diminue de 8 ans chez les grands obèses. Ces individus s’exposent à davantage de risques de complications de santé. Quelques exemples, plus de 60 % des patients diabétiques sont obèses et 30 % chez les malades de dyslipidémie. Par ailleurs, le risque d’infarctus est multiplié par 2, sans parler des morts subites, de l’insuffisance cardiaque due à une masse corporelle excessive, le risque d’angine de poitrine, les accidents vasculaires cérébraux et les troubles veineux qui sont également très fréquents chez ce type d’individus. À cela s’ajoute les complications psychosociales qui se traduisent par des formes de rejet par les autres, la solitude, la difficulté à pratiquer des exercices et à se mouvoir et les tracasseries de ne pas pouvoir vivre quotidiennement de façon normale.

Des centres dédiés aux personnes obèses

Perdre du poids implique d’adapter et d’équilibrer son alimentation avec ses activités physiques. Cependant, chez les obèses, ces préceptes ne sont pas facilement réalisables et peuvent même être une menace pour la santé. Multiplier les régimes sévères sans suivis médicaux est encore moins efficace à long terme. Afin de pallier à ces problèmes, une trentaine de centres spécialisés prenant en charge des patients obèses sont identifiés dans de nombreuses régions de France. Ils permettent de rendre les soins lisibles et accessibles aux patients obèses, d’enrayer la progression de la maladie, de réduire la stigmatisation professionnelle et l’exclusion sociale dont ils sont victimes. Ces centres spécialisés ont pour mission, la prise en charge pluridisciplinaire de l’obésité sévère et l’organisation d’une filière de soins dans les régions. Ils disposent de moyens d’expertise, des équipements adaptés pour les cas les plus difficiles et travaillent en coopération avec des spécialistes et une équipe de chirurgie spécialisée dans l’intervention bariatrique, un remède chirurgical à l’obésité. Ces centres accueillent des enfants dès l’âge de 8 ans et regroupent autant les adolescents que les adultes. Les séjours varient selon les besoins du patient qui intègre le centre par choix volontaire. L’intégration doit toutefois s’accompagner de la demande d’un médecin traitant et être avalisée par l’Assurance maladie. Si la perte de poids est l’objectif principal, les centres spécialisés pour obèses s’appliquent également à apprendre aux patients de nouvelles habitudes et hygiènes alimentaires.

 

Laisser un commentaire

4 × 4 =