Plus une personne vieillit, plus elle éprouvera des difficultés à gérer la prise quotidienne de ses médicaments. Focus sur quelques conseils pratiques pour aider le sénior à suivre correctement son traitement.

Les bons gestes au quotidien pour ne pas oublier son traitement

Il n’est pas toujours aisé d’intégrer à un programme chargé, la prise de médicaments, surtout s’il s’agit de prendre en même temps plusieurs médicaments. La meilleure solution consiste à planifier et à bien s’organiser dans la prise de ses médicaments. Dans tous les cas, l’oubli de la prise d’un traitement est à indiquer au médecin. Il est le seul à pouvoir réorganiser le traitement pour faciliter le quotidien du patient.

Par exemple, il est possible d’intégrer dans sa routine quotidienne, son traitement. Pour cela, prenez-le immédiatement avant ou après avoir effectué une autre activité quotidienne, comme aller se coucher, prendre son petit-déjeuner ou effectuer une tâche ménagère, il faut que le geste devienne automatique.

Mettre son médicament à portée de vue et de main lorsque c’est le moment de le prendre est également le meilleur moyen de ne pas oublier de prendre son traitement. Par exemple, s’il doit être pris le matin avant d’aller au travail, posez-le près de la cafetière ou sur la table de la cuisine.

Créer un tableau mensuel ou hebdomadaire, mentionnant les dates, les posologies et les heures pour chaque médicament, est une autre astuce efficace. Celui-ci sera à coller sur le réfrigérateur ou dans la salle de bain. A chaque prise effectuée, il faut cocher les cases correspondantes. Les pastilles de couleur placées sur les boites peuvent également aider. Une pastille rouge se prend par exemple le matin et une bleue le soir.

Les petites alarmes, plaquettes ou piluliers peuvent aussi être utilisés au quotidien. Le pilulier est recommandé pour un classement journalier ou hebdomadaire. Il suffit de ranger les pilules associées, dans chaque case, et de s’y référer lors de chaque prise.

L’utilisation d’un pilulier favorise une meilleure observance médicamenteuse, tout en assurant un meilleur suivi de son traitement. Les modèles disponibles varient, dont ceux à utiliser chez soi ou les modèles pratiques pour les déplacements. Certains piluliers sont équipés d’alarmes de rappel.

En pratique, en matière de pilulier, mieux vaut privilégier le semainier. Il se recharge, chaque semaine, avec les médicaments adaptés au patient pour l’ensemble de la semaine. Cette opération se fait tranquillement chez soi et à un moment jugé le plus approprié par son utilisateur. Le pilulier journalier est à privilégier pour les voyages, les séjours courts ou les week-ends.

Le coupe-comprimé est un autre accessoire, facile à utiliser au quotidien, permettant de partager les comprimés en quatre ou en deux parties. Le décapsuleur de médicaments est un autre outil pratique pour bien prendre quotidiennement ses médicaments. Il permet de sortir aisément de leurs boîtes les comprimés sous blisters. Et enfin, le broyeur de comprimé, en forme de mortier et muni d’un couvercle à vis, aide à écraser efficacement les médicaments sous forme de cachets.

Les conséquences d’un oubli de la prise des médicaments chez le sénior

Les conditions de santé peuvent s’aggraver si une personne âgée oublie de prendre ses médicaments. Des effets secondaires apparaissent ainsi dans le cas d’une prise des médicaments avec le mauvais dosage ou au mauvais moment. Prendre des médicaments n’est pas une pratique anodine. En effet, une mauvaise  application peut entraîner des conséquences graves sur la santé d’une personne âgée.

Cependant, de nombreux séniors ne suivraient pas à la lettre leurs prescriptions médicales, comme les modalités d’administration, la posologie, l’horaire, les recommandations associées ou la durée. La prescription médicale est conditionnée, la plupart du temps, par la capacité du patient à prendre soin de sa santé.

Dans le cas où le suivi d’un traitement n’est pas effectué de manière stricte, l’observance est considérée comme mauvaise. Un patient est non observant lorsque le suivi de son traitement, qui est prescrit par le médecin traitant, est effectué à moins de 80 %.

La non-observance s’explique de plusieurs manières. Il peut s’agir d’un mauvais dosage, d’une mauvaise prise, d’une interaction entre les médicaments, du non-respect de la durée du traitement ou des règles hygiéno-diététiques. La non-observance touche particulièrement les personnes âgées.

71 % des plus de 50 ans et 86 % des plus de 75 ans suivent correctement leur traitement quotidien. Avec l’âge, l’état de santé se détériore, impliquant ainsi une polymédication. Les médicaments doivent être pris au bon moment et à la bonne dose. Le non-suivi des prescriptions médicales mettra en danger le sénior, avec l’aggravation de la pathologie.

Pour faciliter la prise quotidienne de vos médicaments, il faut connaître l’origine de votre maladie et comprendre le traitement prescrit par votre médecin. Ce n’est pas le cas pour 70 % des patients chroniques. Il est ainsi nécessaire de comprendre l’utilité d’un traitement ou de connaître les éventuels effets secondaires. En cas de doute, il faut poser des questions à un professionnel de santé.

Les seniors entre 50 et 70 ans sont les plus affectés par les affections de longue durée. Ils doivent ainsi composer avec la prise journalière de plusieurs médicaments et un traitement pouvant durer sur le long terme. Cela peut aller jusqu’à trois traitements différents au quotidien, voire plus.

Pour les seniors polymédiqués, restants actifs et dynamiques, l’organisation est essentielle pour être sûr de prendre correctement leur traitement. Par ailleurs, grâce aux nouvelles technologies, les personnes âgées peuvent télécharger des applications sur leurs tablettes numériques, qui les aideront à mieux gérer au quotidien la prise de leurs médicaments.