Habiter dans une habitation saine consiste aujourd’hui à utiliser des équipements, notamment de chauffage, dépensant un minimum d’énergie et respectueux de l’environnement. Zoom sur l’art et la manière de maîtriser l’air ambiant au sein de sa maison cet hiver.

Les différents systèmes écologiques et à économie d’énergie

L’homme consomme énormément d’énergie chez lui. Que ce soit pour se laver, s’éclairer, se chauffer ou manger, les activités domestiques requièrent à chaque instant de l’énergie.

Face à une demande énergétique mondiale élevée et une augmentation préoccupante de l’émission des gaz à effet de serre, à l’origine du réchauffement climatique, il est primordial d’améliorer sa consommation d’énergie et de s’orienter peu à peu vers les énergies renouvelables.

Économiser les énergies fait ainsi partie intégrante du processus d’une habitation à la fois durable et saine. Quelques gestes simples du quotidien permettent à tout un chacun de diminuer sa consommation énergétique et surtout de bénéficier d’un air sain dans son habitation.

Pour faire face à l’excès d’humidité, néfaste à la qualité de l’air à l’origine des moisissures ou des acariens, il faut garder un taux d’humidité de 40 à 60% pour chaque pièce ou mur. Un testeur d’humidité permet à cet effet de mesurer ce taux. La température pour chaque pièce devra également être comprise entre 18 et 22°C. Idéalement, mieux vaut la maintenir à 19°C.

Ventiler est aussi une nécessité, mais il faut le faire sans occasionner de dépense superflue d’énergie. Si la maison n’est pas dotée d’une VMC, ou ventilation mécanique contrôlée, il faut ouvrir les fenêtres pour maintenir une circulation d’air suffisante. Celles-ci renouvelleront l’air intérieur. Cependant, en hiver, pour aérer, tout en perdant un minimum d’énergie de chauffage, il faut éteindre les radiateurs, ventiler les pièces de séjour 5 minutes avant d’y rester ou éliminer les excès d’humidité. Il faut enfin laisser les fenêtres des chambres entrebâillées durant la nuit afin évacuer la vapeur d’eau produite par les occupants.

Par ailleurs, pou favoriser l’air sain au sein de la maison, il faut installer chez soi des systèmes de chauffage au bois individuels. Les appareils labellisés « Flamme Verte » offrent à cet effet une efficacité optimale, car ils répondent aux exigences liées aux émissions de particules et à la qualité de combustion.

Il faut par ailleurs privilégier un combustible de qualité supérieure et éviter de brûler du bois de récupération, peint ou humide afin de préserver un environnement sain dans la maison. En matière de chauffage, le chauffage au bois offre un rendement supérieur. Le bois est l’énergie renouvelable la plus couramment utilisée et facile à trouver.

Afin de maîtriser au mieux l’air ambiant chez soi, il faut privilégier du bois de qualité ou des granulés de bois labellisés. Il faut toutefois éviter d’utiliser les appareils de chauffage mobiles d’appoint à pétrole ou à gaz de manière continue. Ces derniers produisent en effet divers polluants ou du monoxyde de carbone.

Utiliser des équipements ménagers écologiques et économiques à la maison contribue aussi à protéger l’environnement, tout en consommant un minimum d’énergie. En matière d’éclairage, les ampoules à basse consommation utilisent cinq fois moins d’énergie que les ampoules classiques. De plus, elles durent plus longtemps.

L’intérêt d’utiliser les systèmes énergétiques fonctionnant via les énergies renouvelables

Afin de maîtriser au mieux l’air ambiant chez soi, les systèmes énergétiques, utilisant les énergies renouvelables, offrent un meilleur rendement. Ces énergies sont inépuisables grâce aux cycles naturels. Elles permettent de réduire l’émission de gaz à effet de serre, en comparaison avec les énergies fossiles, comme le pétrole, le charbon ou le gaz. Celles-ci jouissent de réserves limitées.

Les énergies renouvelables, provenant de l’exploitation de la chaleur de la terre, du vent, de l’eau ou du soleil, génèrent peu de déchets. De plus, l’énergie utilisée se trouve dans ce cas, près des besoins énergétiques. Celles-ci permettent également de diminuer de manière considérable la facture d’énergie. Elles offrent enfin l’avantage de réduire l’utilisation des énergies « noires ».

Concernant la chaudière, ce système de chauffage peut devenir écologique s’il fonctionne avec le bois. Il s’agit du combustible qui émet le moins de CO2 et il est le moins coûteux. Par exemple, la chaudière à pellets ou granulés de bois est préconisée pour fournir de l’eau chaude sanitaire. Concernant la chaudière avec boucle à eau chaude, elle fonctionne par le biais des énergies renouvelables, telles que le bois, le solaire ou la géothermie.

En ce qui concerne la pompe à chaleur ou PAC, elle est très économique. Son fonctionnement est basé sur l’extraction de l’énergie de l’air ou du sol. Sa restitution dans la maison s’effectue avec l’aide d’appareils émettant de la chaleur, comme le radiateur ou le plancher chauffant.

Il existe plusieurs types de pompes à chaleur. Celle à air-eau s’adapte parfaitement aux systèmes déjà existants, peut fournir de l’eau chaude et peut être réversible. Pour la pompe à chaleur air-air, elle s’utilise uniquement au niveau des systèmes de chauffage électrique. Toutefois, elle est plus performante en mode rafraîchissement par rapport au mode chauffage. Et enfin, la pompe à chaleur géothermique, adaptée pour un captage aussi bien horizontal que vertical, offre également un excellent niveau de performance.

Le poêle constitue aussi un système de chauffage, à énergie renouvelable, vraiment efficace. Il est préconisé pour compléter ou remplacer un dispositif de chauffage central. Plusieurs modèles de poêles existent sur le marché, dont le granulé de bois. Celui-ci bénéficie d’une autonomie comprise entre 7 et 72 heures. Quant au poêle à bûches, c’est un chauffage à la fois écologique et économique. Le poêle de masse, à la fois économique et écologique, assure une combustion plus rapide et c’est un excellent moyen de chauffage.