Les 27 et 28 mars 2018 se dessinent comme deux dates importantes dans les grands principes du rapport à la petite enfance. D’abord parce que le président de la république, Emmanuel Macron, vient de confirmer, ce matin, qu’à partir de 2019, l’école sera obligatoire dès l’âge de 3 ans. En France, la loi actuelle n’oblige pas les parents à scolariser leurs enfants de moins de 6 ans. Cette annonce officielle faite en ouverture des Assises de l’école maternelle, à Paris, touchera 3% des enfants de 3 ans et 1% de ceux âgés de 4 ans soit entre 20 000 et 30 000 enfants non scolarisés chaque année. Même si l’effet est faible, cette décision politique vient appuyer l’idée de l’égalité pour tous les enfants face à l’école. « Pour prévenir le décrochage scolaire, nous voulons éliminer l’inégalité devant le langage », a précisé le président dans son discours. Cette mesure vient aussi contrecarrer la tendance du nombre d’enfants de 3 ans non scolarisés qui augmente de plus en plus depuis ces dernières années alors que le taux de scolarisation de cette catégorie d’âge était à 100% il y a quinze ans.

Ensuite, les Assises de l’école maternelle c‘est deux jours de conférences autour du bien-être des élèves de 2 à 6 ans et des « bonnes » pratiques des instituteurs. Le neuropsychiatre, Boris Cyrulnik, spécialiste de la petite enfance, qui dirige cet événement a réuni 400 spécialistes de l’Education. A 80 ans, Boris Cyrulnik est l’auteur de plus de trente-cinq livres écrits en français, en anglais, ou en allemand qui ont révolutionné la vision de la psychothérapie et les pratiques de la psychiatrie en France. Selon lui, « un enfant qui s’épanouit en maternelle, est bien parti dans l’existence. »

Les intervenants se succèderont dans un amphithéâtre pour vanter les mérites du langage : comment développer la conscience phonémique des tous petits ? Pourquoi l’école doit jouer un rôle important dans la sécurité affective comme condition d’un bon apprentissage ? Quelles sont les caractéristiques du sommeil chez le jeune enfant ? Quels sont les avantages et les difficultés de connaître le bilinguisme à cet âge ? Sur son site internet officiel, le ministère de l’Education nationale propose de visionner en direct ou en différé le contenu complet de ces conférences qui répondent à toutes ces questions. Sur Twitter avec le hashtag #AssisesMaternelle, le ministère publie les messages essentiels à retenir et permet à tous les internautes de réagir sur les techniques abordées pendant ces deux journées d’étude.
Bon exemple ou pas, le ton est déjà amorcé dans l’intention de rendre l’école maternelle plus utile.

Crédits photo : Fotolia