Les parents sont heureux quand bébé atteint l’âge de manger avec les grands. A table, bébé se nourrit avec l’aide d’ustensiles ludiques, adaptés à sa gestuelle encore maladroite. A quel âge l’enfant commence réellement à se nourrir comme un grand ?

L’âge idéal où bébé prend son repas seul

Pour marquer l’entrée de bébé dans la convivialité familiale, de manière anticipée, ce dernier reçoit souvent une timbale ou des couverts en argent pour son cadeau de naissance. Peu adaptés, ces ustensiles-souvenirs en argent laissent généralement la place à des objets pratiques, amusants et ludiques, comme une assiette colorée, arborant la forme d’un célèbre personnage de dessin animé.


De 8 et 12 mois, bébé est dynamique, progresse et découvre son environnement. Entre 12 et 18 mois, le tout-petit vit de nouvelles expériences et crée beaucoup de désordre autour de lui. Selon certains livres de puériculture, un nourrisson est capable de manger seul, avec l’aide d’une cuillère entre 15 et 18 mois.


En réalité, les bébés décident de se nourrir de manière autonome à divers âges. Certains évitent de toucher à la cuillère avant d’avoir atteint un âge avancé, alors que d’autres désirent, au contraire, être plus indépendants concernant la manière de se nourrir. Toutefois, il est primordial de ne pas brusquer bébé et de le laisser franchir cette étape à son propre rythme.


Les premiers repas de bébé requièrent souvent énormément de patience pour les parents. Vers l’âge de 18 mois, quand le tout-petit commence à manger seul, c’est une phase qui se transforme souvent en épreuves. Pour que cette période se déroule au mieux, faire la cuisine avec l’enfant peut constituer un moment de découvertes et d’échanges. Il est important de ne pas se focaliser sur l’enfant refusant de se nourrir. Cela évolue en grandissant. Il faut également être une maman créative en mettant dans son assiette de la couleur ou en composant des visages rigolos en utilisant les aliments.

La diversification alimentaire, à adapter à l’âge de bébé

Selon une enquête française effectuée auprès de mamans ayant des bébés âgés entre 15 jours et 3 ans, c’est à un an en moyenne que l’enfant partage le même repas que les adultes en rejoignant la table familiale. Toujours d’après cette étude, 64 % des enfants âgés de 13 à 18 mois adoptent le même régime alimentaire que les grands. Il est à savoir que la portion d’un enfant de cet âge ne doit pas excéder un quart de celle d’un adulte.

Jusqu’à l’âge de 3 ans, il est préférable de donner à l’enfant des menus adaptés et diversifiés. Entre un et trois ans, il lui sera ainsi proposé des féculents, comme les céréales, le pain, les pâtes ou la purée. Ils leur apportent l’énergie dont ils ont besoin pour bien grandir et réfléchir. Concernant l’apport énergétique journalier, il est estimé à 100 kcal/kg.

Les lipides, composé des matières grasses, du beurre et de l’huile représentent 35 % de l’apport énergétique général. En matière de protéines, dont le poisson, l’œuf ou la viande, les besoins d’un enfant de cet âge se situent entre 1,5 et 1,8 g/kg par jour. Les glucides, retrouvés dans le lactose, représentent de 50 à 55 % de l’apport global.

C’est uniquement entre 18 et 24 mois qu’un enfant peut manger de tout, en privilégiant les aliments de base nécessaires au quotidien. En matière de viande, 30 g par jour suffisent amplement. Côté légumes, il faut les varier et bien les mixer. Toutefois, les légumes secs, comme les fèves, les pois, les haricots ou les aliments allergisants, comme les œufs, les fruits exotiques ou l’arachide ne sont pas recommandés pour les tout-petits.

Passer de la purée aux morceaux

Lorsque bébé se sent capable de porter des aliments à sa bouche, il peut manger des morceaux. Le développement de son habileté motrice s’effectue en général en fonction de sa capacité à mastiquer, mais également à déplacer de la nourriture de la bouche vers la langue. Arriver à cette phase, bébé est capable d’écraser facilement les aliments avec ses gencives ou les prendre avec les doigts. Il est possible de lui proposer des légumes bien cuits, du fromage râpé ou du poisson.


Pour rendre plus facile l’introduction des morceaux de viande, les morceaux doivent être tendres. Il est également possible d’ajouter à la viande du jus de cuisson ou une sauce peu salée. Afin de prévenir les risques d’étouffement, mieux vaut éviter les aliments ronds, durs ou collants, comme une saucisse à hot dog ou du pain non grillé. De plus, il est essentiel de rester près de l’enfant lorsqu’il mange et veiller à ce qu’il soit assis confortablement au moment du repas.


Concernant la grosseur des portions, mieux vaut lui servir des petites portions, soit ¼ de tasse de chaque aliment du repas. La règle de la main permet d’estimer la quantité adéquate. Les pâtes et les légumes doivent avoir la même taille que celle du poing de bébé. La quantité de viande doit représenter à peu près la taille de la paume de la main de l’enfant. Par ailleurs, c’est à l’enfant de décider de la quantité de nourriture qu’il consomme. Il ne faut ni le restreindre ni le forcer.

Laisser un commentaire

quatre × un =